Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Lundi 09 Décembre 2019

Salle de Presse

Un rapport met en lumière les lacunes des services de réhabilitation pour les jeunes détenus à Victoria, en Australie

Friday 10th of August 2018
justice pour mineurs dans le monde

Un nouveau rapport du Bureau du Vérificateur Général de Victoria, intitulé « Managing Rehabilitation Services in Youth Detention » (Gestion des services de réhabilitation dans les centres de détention pour mineurs) a été publié. Il examine la mise en application des normes socio-éducatives et de justice juvénile dans le contexte de la détention au sein de l’État de Victoria, en Australie. Le document, rédigé suite à l'évaluation des centres de détention de janvier à juin 2017, met en lumière les lacunes du système et prévoit des mesures pour assurer un accès équitable à l'éducation et aux autres possibilités de réhabilitation pour tous les jeunes délinquants.


Dans cette région de l’Australie, le système de détention pour mineurs a longtemps été confronté à des problèmes dans ses établissements, qui contiennent en permanence autour de 200 jeunes contrevenants. En 2016 et 2017, une série d’émeutes ainsi que les conclusions qui s’en sont ensuivies, rendues publiques en juillet 2017, ont mené à des réformes du système s’élevant à 50 millions de dollars.

Si le rapport confirme la mise en œuvre continue de ces changements, il souligne néanmoins que de graves problèmes persistent. Les auteurs tiennent ainsi à souligner le fait que les jeunes en détention objets de l’étude ne recevaient pas les services de réhabilitation auxquels ils ont droit et qui sont nécessaires pour répondre à leurs besoins. Par conséquent, la détention des jeunes n'a pas permis de promouvoir efficacement une baisse de la récidive.

Cela s’explique par combinaison de facteurs interdépendants, parmi lesquels : une qualité de service et des installations inadéquats; un accent sur la sécurité qui nuit à l'accès à l'éducation et aux services de santé; un manque de gestion complète et ciblée des cas et d'évaluation des besoins par le Département de la Justice et de la Réglementation (DJR) et le Service de Santé et de Réhabilitation des Mineurs (YHaRS).

Le rapport met en exergue le manque de suivi personnalisé: des plans d’intervention sont élaborés pour seulement dix-neuf détenus sur un échantillon de quarante personnes.

Un autre point soulevé est le temps d'attente pour accéder à des services médicaux ou thérapeutiques, certains jeunes devant attendre jusqu'à quatre semaines pour recevoir des soins psychiatriques, alors que plus de quarante pour cent des détenus avaient été diagnostiqués avec un problème de santé mentale et que soixante et onze pour cent avaient été victimes de traumatisme, d'abus ou de négligence.

L'analyse a également révélé un taux extrêmement élevé d'absentéisme scolaire, des dispositions inadaptées pour les étudiants telles que l'interdiction d'utiliser Internet, et le fait que certaines détenues ne pouvaient pas accéder à certains cours pour des raisons de sécurité.

Le rapport propose neuf recommandations pour le DJR et le YHaRS, qui renvoient aux préoccupations principales concernant le suivi personnalisé, l'éducation et les soins de santé, et appelant les autorités à tirer des leçons de cet étude lors du développement d'un nouvel établissement dont l’inauguration est prévue en 2021.

Le gouvernement australien a favorablement accueilli le rapport, a accepté les recommandations et les mettra en œuvre en temps utile.


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.